Mieux vivre - Susanne Prosser

10 choses que nous ne devrions vraiment pas faire

Nous pensons souvent devoir faire certaines choses. Et n’en remettons pas le bien-fondé en question. Voici 10 choses que nous pouvons arrêter de faire en toute tranquillité.

1. Nous justifier

En nous justifiant, nous essayons d’expliquer une action qui nous semble juste. Nous ne devrions pas le faire. Car réfléchissez : comment vous sentez-vous quand vous vous justifiez ? Comment l’autre personne vous perçoit-elle à ce moment-là ? Pourquoi croyez-vous devoir fournir une explication, voire présenter des excuses à l’autre personne ? N’en faites-rien. Communiquez juste les faits et oubliez tout simplement les conjonctions du style « parce que », « puisque » ou « mais ».

2. Nous excuser

Il en est souvent de même pour les excuses. D’un côté, elles sont importantes pour clarifier les choses après un conflit, une dispute ou un malentendu. Mais nous n’avons pas à nous excuser à tout prix. Ne le faites que lorsque vous le pensez vraiment.

3. Pardonner et oublier

Combien de fois l’avons-nous déjà lu et entendu : « Pardonner libère ». Pardonner fait de nous de meilleures personnes – pas forcément par rapport aux autres, mais par rapport à nous-mêmes. C’est tout au moins ce que nous disent les guides pratiques. Pardonner rend heureux. Cela peut s’avérer vrai parfois. Malgré tout, il existe des situations qui sont si graves que l’on se demande vraiment comment on pourrait bien pardonner une telle action. Au lieu de vous embêter à lire des guides pratiques qui vous donnent de belles instructions pour arriver à pardonner plus facilement même de graves manquements et délits, cessez de vous torturer. On peut aussi délibérément dire : « Jamais je ne te le pardonnerai ! », tirer un trait sur le sujet et en assumer les conséquences. C’est souvent plus honnête.

4. Entretenir de bonnes relations avec nos parents et le reste de la famille

Le milieu familial joue un rôle important dans tout processus thérapeutique. Quel amour avons-nous reçu de notre père et de notre mère, quelles valeurs nous ont-ils transmis ? Il est tout à fait normal que tout n’ait pas été parfait. Et cela fait partie du passage à l’âge adulte que d’assumer son passé, de se démarquer par rapport à ses parents et de dire que chacun vit sa vie et porte sa propre croix.

D’un autre côté, nous ne pouvons pas choisir notre famille. Il peut arriver que des parents – ou d’autres membres de la famille – exercent une telle influence sur d’autres adultes qu’ils les empêchent d’être eux-mêmes. Les limites sont souvent largement dépassées, et même après bien des efforts, aucun changement n’a l’air de se profiler à l’horizon. On est sans cesse confronté à l’incompréhension des parents ou de la famille. Alors oui, dans un tel cas, nous avons le droit et devons même rompre le contact avec nos parents ou notre famille. Sans nous sentir dans notre tort pour autant.

5. Faire passer les autres avant nous

Oui, il est important d’être là pour les autres. Il ne s’agit pas de tous devenir de grands égoïstes, ni de passer sur le corps d’autres personnes juste parce que cela nous avantage. Il existe quand même des limites. Cependant, il existe aussi une bonne raison où un égoïsme sain peut vraiment faire du bien. En effet : si les gens vont et viennent, la relation que nous entretenons avec nous-mêmes sera toujours là. C’est pour cela qu’il est temps de nous donner la priorité. Une fois les choses replacées dans cette perspective, on peut toujours tenir compte des autres…

6. Nous aimer nous-mêmes

On nous le rabâche tout le temps : « aime-toi toi-même, comme tu es, et tout ira bien. » Mais est-ce toujours aussi simple, et devons-nous vraiment nous aimer d’un amour inconditionnel ? Ou bien avons-nous le droit de ne pas aimer certaines choses chez nous ? Oui, tout à fait ! Et c’est bien comme ça. L’amour de soi n’est pas la clé du bonheur universel. Et il n’est pas si facile à pratiquer. Il est donc tout à fait normal de ne pas s’aimer tout le temps et partout de manière inconditionnelle. Et : les autres aussi doivent faire des efforts pour que le « vivre ensemble » fonctionne.

7. Perdre du poids

L’été approche – Avez-vous déjà retrouvé la ligne pour enfiler votre maillot de bain après les repas substantiels de l’hiver et les nombreux chocolats des fêtes ? Vous vous retrouvez dans ce scénario ? Répondez-vous déjà à toutes les attentes ? Si tel n’est pas le cas : félicitations ! Vous avez fait ce qu’il fallait.

Les régimes ne doivent être à l’ordre du jour que lorsque cela est nécessaire pour des raisons de santé. Ou que si nous ne nous sentons pas bien ; au plus profond de nous, avec notre poids. Et pas parce que des modèles émaciés nous présentent les tous derniers bikinis dans les magazines, avec leur ventre bien plat. Ces femmes sont mannequins et être mince fait partie de leur métier. Mais tout le monde n’est pas mannequin en ce monde. Et par ailleurs, la plupart du temps les bons vivants sont des personnes bien plus plaisantes. Et n’est-ce pas ce qui importe dans la vie ?

8. Faire carrière

C’est vraiment incroyable ce que les femmes (et les hommes aussi !) arrivent à faire aujourd’hui. Pour revenir aux femmes, elles ont fait de belles études, se tuent au travail toute leur vie dans des boulots stressants pour des boîtes qui ne leur appartiennent même pas, et elles gèrent également les enfants, le ménage et leur couple. Et en plus, elles affichent une forme éblouissante ! Il le faut bien car l’apparence fait partie de la réussite, n’est-ce pas ?

Non, c’est totalement faux. Ces personnes frôlent tous les jours la dépression nerveuse et se disent en plus « Qui s’en soucie – C’est la vie ! ». Il paraît qu’il existe aussi pas mal de femmes qui gèrent toutes ces tâches incroyables en élevant seules leurs enfants, qui font beaucoup d’efforts et continuent de grimper les échelons. Il est clair qu’elles n’ont plus de temps à se consacrer – mais pour quoi faire avoir du temps pour soi ? Pour des loisirs, s’amuser et être heureuses ? Oui, je peux vous le dire : parce que c’est de votre vie qu’il s’agit. Et que vous n’en avez qu’une.

9. Être raisonnable

La raison c’est un peu ce que la maman sévère a autrefois été envers son enfant. Quand on suit la voie de la raison, on ne se sent certes pas plus heureux, mais on ressent ce sentiment de reconnaissance où l’on s’auto-félicite : « Bravo, bien joué ! Tu n’as certes pas choisi la voie du plaisir, mais pour la peine il ne peut rien t’arriver maintenant. C’est comme ça que les choses doivent se passer, et continueront de se passer ! » Tu parles ! Vous pouvez aussi parfois tranquillement tourner le dos à la raison et ne pas la laisser toujours déterminer vos choix. Les meilleures choses naissent parfois d’événements tout à fait déraisonnables.

10. Ne pas être compliquée

Les hommes aiment les femmes qui ne sont pas compliquées, peut-on lire dans des guides pratiques aux titres racoleurs comme « Voici comment trouver l’homme qui restera à vos côtés » ou « Voici comment il tombera amoureux de vous ». On voit ainsi apparaître des prototypes de « la femme cool » qui, toujours armée d’un sourire souverain, sait lire le moindre désir dans les yeux de l’homme épris de liberté, et qui le laisse faire à tout moment – sans jamais se plaindre – tout ce dont il a envie au gré de son humeur. Que ce soit avec elle ou sans elle. Il ne faut surtout pas qu’il se sente pris au piège ou forcé d’assumer une quelconque obligation, des actions comparables, dans une relation, au fait « de s’engager », « d’assumer des responsabilités » ou « de s’inquiéter pour d’autres personnes ». Telle est la femme cool, pas compliquée.

Les livres de ce genre me font bondir de colère. Autant d’idioties coincées entre deux couvertures et diffusées contre de l’argent comptant. Premièrement, on se fiche de savoir ce que « veulent les hommes » parce que l’on ne pourra jamais contenter ceux qu’une femme ne pourra jamais contenter sans s’oublier totalement elle-même. Et deuxièmement parce que, dans la pratique, les choses prouvent le contraire depuis longtemps. Les relations deviennent seulement intéressantes quand tout n’est pas parfait. Et cela des deux côtés.

Que nous soyons un homme ou une femme : nous n’avons vraiment pas besoin de nous adapter ou de changer juste pour ne pas énerver d’autres personnes. Non : nous devons nous assumer tels que nous sommes. Et pour tout ce qui nous importe et nous tient à cœur. Il est tout à fait possible que cela soit souvent vraiment désagréable pour les autres. Mais peu importe. Ce n’est pas notre problème.

En résumé :

Nous sommes tous les jours confrontées à des messages et des prescriptions nous dictant ce qu’il convient de faire ou de ne pas faire pour être des « personnes bien ». Souvent, ces messages sont ancrés dans nos têtes, tels des « dogmes ». Mais si nous prenons le temps de réfléchir à toutes les choses que nous pourrions arrêter de faire, nous remarquons soudain combien la vie est facile et fascinante. Essayez tout simplement !

 

Crédit photo : iStock/SIphotography


Consultation en ligne avec des psychologues


Rebecca Bujon

Psychologue Rebecca Bujon

Psychologue clinique et psychologue de la santé (femme)

Écrivez-moi et faites-moi part de vos préoccupations.
Je vous soutiens dans votre démarche et me réjouis de votre message.

Écrivez-moi
Afficher d’autres psychologues en ligne


Les articles publiés dans le magazine en ligne Instahelp s'appuient sur des histoires et des témoignages personnels. Nous souhaitons laisser à nos auteurs la liberté d'exprimer leurs propres pensées. De ce fait, les articles expriment l’avis personnel de leurs auteurs, mais ne reflètent pas nécessairement la position d’Instahelp.


Nous sommes à votre écoute ! ×
Bienvenue chez Instahelp. Vous avez un problème personnel ou des questions concernant Instahelp ? Nous vous aidons avec plaisir.
Nous nous réjouissons de votre message et vous répondons dans un délai de deux minutes.